Archives de l’auteur Aboubacar CAMARA

ParAboubacar CAMARA

COOPERATION : un accord-cadre entre la Mauritanie et la Guinée

Du 27 au 29 décembre 2021, le Directeur Exécutif de l’Autorité Mauritanienne d’Assurance Qualité de l’Enseignement Supérieur (AMAQ-ES) a effectué une mission de travail à Conakry. Au cours de cette mission de trois jours, Dr Mohamed Lemine Haless a finalisé et signé avec son homologue guinéen Prof Kabiné Oularé, l’accord de coopération entre l’AMAQ-ES et l’ANAQ-GN.

La signature de l’accord et du plan d’action d’une année a eu lieu en présence du Président du Conseil Scientifique et de certains cadres techniques de l‘ANAQ.

L’accorde porte entre autres sur :

  • la co organisation d’un atelier de formation en Assurance Qualité en Mauritanie ;
  • la réalisation des visites d’immersion des agents évaluateurs ;
  • la mise en œuvre des programmes d’échanges des experts et des agents évaluateurs ;
  • la participation aux appels à projets ;
  • le montage et le cofinancement des projets de formation.

Le Secrétaire général du Ministère de l’Enseignement, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation qui a reçu le Secrétaire Exécutif de l’ANAQ et son hôte, a encouragé ce partenariat caractérisé par l’ouverture. Dr Facinet Conté, a réitéré que l’avenir de l’enseignement supérieur passe nécessairement par l’assurance qualité.

L’AMAQ-ES et l’ANAQ-GN sont déjà membres du Réseau Africain Francophone des Agences Nationales d’Assurance Qualité (RAFANAQ).

Avant de quitter la Guinée, « très satisfait » de son séjour, Dr Mohamed Lemine Haless s’est rendu dans les Universités General Lansana Conté de Sonfonia et El Eamar, engagées dans la démarche qualité.

ParAboubacar CAMARA

Remise des attestations d’habilitation institutionnelle et d’accréditation des programmes

Conakry 22 décembre 2021 – L’autorité nationale d’assurance qualité (ANAQ) a procédé à la remise des attestations d’habilitation et d’accréditation des programmes  aux institutions d’enseignement. La cérémonie a eu lieu au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation et a réuni autour des autorités de tutelle, le coordinateur du projet BoCej, des fondateurs, recteurs et directeurs de différents établissements d’enseignement supérieur.

Au terme du processus des évaluations le Secrétaire Exécutif de l’ANAQ, Prof Kabiné Oularé notifie que pour la session 2020-2021, 92 dossiers à l’accrédition ont été reçus sur la plateforme digitale des évaluations. Après le rejet de 5 candidatures, 87 dossiers ont été validés. Au niveau de l’autoévaluation, 16 cas d’abandon ont eu lieu. « C’est finalement 71 programmes qui ont fait l’objet d’une évaluation. 39 ont été accrédités. 16 accrédités sous réserve. 16 autres n’ont pas obtenu l’accréditation», a t -il précisé.

Les résultats de cette année portent à 79 le nombre de programmes accrédités par l’ANAQ depuis 2019. Sur trois campagnes successives, 183 programmes ont été évalués par l’ANAQ. Des statistiques satisfaisantes pour le Secrétaire Général du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation; Dr Facinet Conté.

Par ailleurs, l’ANAQ a aussi présenté les résultats de ses premières évaluations institutionnelles. 9 établissements sur 13 ont obtenu des habilitations à délivrer 91 diplômes.

« Pour atteindre le but recherché de l’évaluation qui est une amélioration continue de la qualité des institutions et des programmes, j’invite les structures quels que soient les résultats des évaluations à mettre en œuvre les recommandations formulées par l’ANAQ », annonce Dr Facinet Conté.

Les partenaires engagés dans le processus qualité se réjouissent de l’annonce. Certains comme Nabilaye Youssouf Sylla sont motivés davantage par les premiers résultats obtenus : « Nous avons réussi l’accréditation de notre programme génie informatique et l’habilitation de notre université à livrer 6 diplômes sur une période de 10 ans. Nous sommes très ravis, car ça a été un travail acharné et rigoureux ».

Une caravane d’information et de sensibilisation des acteurs au sein de leur établissement a démarré le jeudi 23 décembre 2021. Initiée par l’ANAQ pour encourager les institutions à s’encrer dans la démarche qualité, la caravane a déroulé ses premières activités à l’Université Kofi Annan de Guinée.

ParAboubacar CAMARA

Première réunion du Comité de la Convention d’Addis sur la reconnaissance des qualifications dans l’enseignement supérieur

Les représentants des États parties à la Convention révisée sur la reconnaissance des études, des certificats, diplômes, grades et autres titres de l’Enseignement supérieur dans les États d’Afrique dénommée « Convention d’Addis sur la reconnaissance », se sont réunis à Lomé, au Togo, les 9 et 10 décembre 2021. Soutenu par l’UNESCO, le Comité de la Convention d’Addis sur la reconnaissance se réunissait pour la première fois. A l’issue de deux jours de concertation, les participants ont abouti à deux principaux résultats :

1) L’élection par consensus du bureau du Comité de la Convention

2) La validation d’une feuille de route du Comité de la Convention pour les deux prochaines années.

Pour une meilleure mise en œuvre des activités et des actions relatives à la convention, le comité a mis en place trois (3) groupes de travail :

  • Assurance Qualité  pour la mise en place de structures autonomes d’Assurance qualité
  • Cadres nationaux des qualifications en vue du développement des Centres Nationaux de Certification / Qualifications
  • Structures nationales d’information/système d’information national pour le renforcement et le développement des systèmes nationaux d’information.

Selon Prof Kabiné Oularé, Secrétaire Exécutif de l’ANAQ et Représentant de la Guinée au Comité,  « les États parties se sont engagés à mettre en œuvre la convention d’Addis sur la reconnaissance afin de renforcer la reconnaissance académique, la mobilité et la coopération inter-universitaire entre les pays, en accordant une attention particulière à la création et au fonctionnement régulier de mécanismes d’assurance qualité qui devraient être reconnus et habilités à mener une évaluation périodique des établissements et des programmes d’enseignement supérieur. Les États parties ont insisté sur la nécessité de mettre en place le réseau africain des structures nationales de mise en œuvre. Enfin tous les États membres de la région Afrique de l’UNESCO ont été encouragés à ratifier la Convention de reconnaissance d’Addis ainsi que la Convention mondiale sur la reconnaissance des qualifications relatives à l’enseignement supérieur ».

Le Togo, la Gambie, le Congo, le Sénégal, la Mauritanie, les Iles Seychelles, l’Ile Maurice, la Guinée, l’Afrique du Sud (en ligne), la Zambie (en ligne), Saint Siège (en ligne) ont participé à la rencontre.

ParAboubacar CAMARA

RESULTATS PROVISOIRES DES EVALUATIONS 2020-2021 DE L’ANAQ

Conakry, 27 novembre 2021- Le Secretaire Exécutif de l’ANAQ a rendu public les résultats préliminaires des évaluations des programmes et des institutions conformément à la décision de la dernière session du Conseil Scientifique. En présence des fondateurs et responsables académiques des établissements et des médias du pays, Prof Kabiné Oularé donné des informations sur le processus d’évaluation avant de présenter les données obtenues pour l’accréditation et l’habilitation. Les résultats définitifs seront publiés le 20 décembre 2021.

Ci-dessous, l’intégralité des propos de Prof Kabiné Oularé

  1. INFORMATIONS GENERALES SUR LE PROCESSUS D’EVALUATION

Au titre de la troisième session 2020-2021, l’ANAQ a lancé son appel à manifestation d’intérêt le 1er octobre 2020.

Au terme de cet appel, selon le type d’évaluation, les candidatures ont été reçues pour l’accréditation des programmes de formation et l’habilitation institutionnelle à délivrer des diplômes.

Tous les dossiers de candidature ont été reçus sur la Plateforme de Gestion des Évaluations en Ligne (PGEL : http://www.pgelanaq-gn.org/) conçue dans le cadre de la dématérialisation du processus.

Chaque candidature de programme a été étudiée suivant la complétude des éléments constitutifs de dossier (critères de recevabilité) notamment l’acte d’autorisation ou de fonctionnement de l’établissement et la preuve de sortie d’au moins une promotion du programme d’étude candidat à l’accréditation.

Quant aux dossiers de candidature des IES, ils sont étudiés par rapports aux éléments ci-après, dont l’acte législatif, règlementaire ou administratif d’autorisation, de création, d’organisation et de fonctionnement de l’établissement, Ia liste des diplômes délivrés par l’établissement et la liste des diplômes candidats.

L’autoévaluation a été solennellement lancée en décembre 2020. Les établissements et les programmes ont eu plus de huit (8) mois pour faire leur autoévaluation. Durant cette période, l’ANAQ a sillonné tous les établissements pour un appui technique à l’autoévaluation.

Des rapports d’autoévaluation ont été élaborés et transmis à l’ANAQ à partir de la Plateforme de Gestion des Évaluations en Ligne (http://www.pgelanaq-gn.org/). Les équipes d’experts ont été désignées de façon consensuelle, qui après les visites sur site, ont rendu les rapports d’évaluation externes. Un mémoire de propositions élaboré par le Secrétariat Exécutif a été soumis à la 6ème session du Conseil Scientifique les 18, 19 et 25 novembre 2021.

Après avoir examiné le contexte de l’évaluation et les résultats de l’atteinte des standards de qualité des référentiels de l’ANAQ, le Conseil Scientifique a décidé ce qui suit :

  1. RESULTATS PROVISOIRES DE L’EVALUATION POUR L’ACCREDITATION DES PROGRAMMES

Nombre de candidatures : 92

Nombre dossiers refusés : 05

Nombre dossiers acceptés : 87

Nombre d’abandons : 16

Nombre programmes évalués : 71.

Nombre de standards de qualité : 22

Nombre de programmes Accrédités : 37

Nombre de programmes Accrédités sous Réserve : 16

Nombre de programmes Non Accrédités : 18

Les standards les moins atteints :

  • Standard 4.03 :  La mobilité du PER est effective : 9/71 soit 12,7%
  • Standard 5.05 : La mobilité des étudiant(e)s est possible et encouragée par la reconnaissance mutuelle interuniversitaire et interdisciplinaire des acquis : 1/71 soit 1,41%
  1. RESULTATS PROVISOIRES DE L’EVALUATION POUR L’HABILITATION INSTITUTIONNELLE A DELIVRER DES DIPLOMES

Nombre d’institutions candidates : 12

Nombre d’abandon : 1

Nombre d’institutions évaluées : 11

Nombre de Diplômes : 108

Nombre de standards de qualité : 33

Nombre Institutions habilitées : 9

Nombre Institutions non habilités : 2

Nombre de diplômes habilités : 91

Les standards les moins atteints :

  • Standard 3.01 : Les activités actuelles de recherche de l’établissement concordent avec son plan stratégique et correspondent aux standards internationaux : 0% :
  • Standard 3.02 : L’établissement garantit l’intégration des connaissances scientifiques actuelles dans la formation : 18,2%
  • Standard 4.04 : L’établissement offre l’accès à un service de conseil en plans de carrière : 18,2% .

ParAboubacar CAMARA

ASSURANCE QUALITE ET PLANIFICATION STRATEGIQUE : autorités publiques et personnels des universités outillés

Le projet Indigo pour la gouvernance de l’ enseignement supérieur en Guinée atteint une étape cruciale de son développement. A mi-parcours de sa mise en œuvre, ce projet de trois ans tient sa formation modulaire depuis le 08 septembre à l’Université européenne Viadrina dans la ville allemande de Frankfurt sur Oder.

Une trentaine d’universitaires et d’administrateurs venus de l’ANAQ, du ministère de l’enseignement supérieur et des universités Gamal Abdel Nasser, General Lansana Conté et Kofi Annan de Guinée échangent une semaine durant des pratiques avec des partenaires européens des universités de Liège, de Paris 1 Panthéon – Sorbonne et de Viadrina.

Prof. Van Blumenthal Julia, présidente de l’université Viadrina s’est vivement réjouit de la tenue de cette rencontre internationale qui « marque la reprise de la mobilité » dans un contexte de pandémie.  « Depuis un an et demie, vous êtes la première délégation reçu dans notre université » a t- elle précisé.

Tout heureux aussi de se retrouver à la Viadrina, participants (une quarantaine) ont échangé autour des questions stratégiques de gouvernance universitaire et de planification ; de modèles d’évaluation ; des indicateurs et de systèmes d’information décisionnelle. Aussi, des plans d’actions pour l’élaboration d’un projet d’établissement ont été présentés par chaque université guinéenne.

Cernant la pertinence et la portée structurante de l’approche INDIGO, le conseiller du ministre chargé de l’enseignement supérieur, M. Abdoul Karim Diallo a rassuré : « nous allons nous engager d’avance pour la réussite de ce projet ».

Pour Dr Annie Soriot, coordinatrice du Projet INDIGO (Internationalisation et Développement des Indicateurs pour une meilleure Gouvernance de l’enseignement supérieur guinéen), « cette formation avec tous les partenaires à part entière du projet est une étape importante. Elle permet de prendre un nouvel élan pour l’atelier de Conakry en janvier 2022 ». Ce rendez-vous ultime est celui du partage des contenus de la formation avec l’ensemble des partenaires associés à ce projet expérimental de trois (3) ans financé par la commission de l’Union Européenne.

ParAboubacar CAMARA

ANAQ : 153 programmes évalués depuis 2018

Dans le cadre de sa prise de contact avec les différents services de son département, la nouvelle Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (MESRSI) a reçu mardi, 2 novembre 2021 une délégation du Secrétariat Exécutif de l’ANAQ

La communication a porté sur les projets, les activités, les partenariats et les perspectives de l’autorité nationale d’assurance qualité « pour permettre de poser les bases de la refondation du système de l’enseignement supérieur de notre pays » .

Dans sa présentation, le Secrétaire Exécutif de l’ANAQ a annoncé que son institution a évalué 153 programmes depuis le début de ses activités en 2018. Pour le processus d’évaluation en cours (session 2020-2021), le Prof Kabiné OULARE a annoncé la proclamation prochaine des résultats d’évaluation.

Par ailleurs, le SE de l’ANAQ a sollicité auprès de la Ministre des mesures d’accompagnement pour la valorisation des résultats des évaluations à travers la prise de décisions administratives appropriées.

En réponse, la Ministre,  a dit que l’ANAQ est un outil de qualification du système éducatif. « Mon Cabinet à travers sa voix accompagnera l’ANAQ dans la réalisation de ses activités » a conclu Dr Diaka Sidibé.

En vue de favoriser dès maintenant plus de participation aux évaluations, la ministre a recommandé : la prorogation de l’Appel à Manifestation d’Intérêt pour l’accréditation des programmes et l’habitation des institutions, session 2021-2022 jusqu’au 30 novembre ; de revoir à la baisse les frais d’évaluation des programmes et des institutions ; réfléchir sur la mobilisation des moyens pour les habilitations.

La rencontre s’est déroulée dans une atmosphère empreinte de cordialité.

ParAboubacar CAMARA

Kindia : atelier de partage des référentiels des formations et des indicateurs de performances des institutions

Des  référentiels d’évaluation de la formation ouverte à distance (FOAD), de la formation continue et des indicateurs de performance pour le classement annuel des IES/IRS sont élaborés par l’ANAQ. Les quatre (4) outils ont été partagés et examinés  avec les parties prenantes lors d’un atelier à Kindia du 28 au 29 octobre 2021.

Des représentants  des Cabinets du MESRSI et du METFP, du projet BoCEJ,  de la Direction Générale de l’Enseignement Supérieur, de la Direction Générale de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique, des Institutions d’Enseignement Supérieur Publiques et Privées, des Institutions de Recherche, des structures d’emploi, de la Fédération Guinéenne des Parents d’Élèves et Amis de l’École, de la structure syndicale de l’enseignement supérieur, ainsi que des experts et agents de l’ANAQ ont pris part aux travaux.

Pour Dr Baba DIANE, Directeur National de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle publics, les outils élaborés vont aider à renforcer la crédibilité des institutions concernées.

Les amendements proposés par les différents groupes ont porté sur des reformulations, des regroupements, des ajouts et des suppressions d’objectifs, d’indicateurs, d’éléments de preuve.

Le Conseiller Chargé de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique, Pr Selly CAMARA, a mis à profit l’atelier pour rappeler la problématique de la qualité à l’enseignement supérieur avec le faible ratio d’enseignants de rang magistral dans le pays.

L’ANAQ va poursuite ses efforts d’accompagnement de la démarche qualité rassure Professeur Kabiné OULARE. Le secrétaire Exécutif de l’ANAQ a d’ailleurs informé de la finalisation des évaluations de 71 programmes pour l’accréditation, et de 11 Institutions pour l’habilitation, session 2020-2021.

Les participants ont vivement apprécié l’organisation de l’atelier de partage de Kindia. Pour la validation des documents une seconde rencontre est prévue à Conakry

ParAboubacar CAMARA

MESRSI : une promotrice de la démarche qualité aux commandes

Dans la vague de nomination partielle des membres du Gouvernement de transition, Dr Diaka Sidibé bénéficie de la confiance du Colonel Mamadi Doumbouya pour diriger le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation (MERSI).

A 33 ans, l’ancienne Directrice générale de l’Institut Supérieur des Mines et de la Géologie de Boké, a le défi d’améliorer rapidement « la qualité de l’enseignement et de la recherche » en Guinée.

Dr Diaka est une pionnière de la démarche qualité. Entre août 2018 et octobre 2019, elle était Cheffe de département Enseignement Technique et Formation  Professionnelle à l’Autorité Nationale d’Assurance Qualité.

Les deux dernières années, la nouvelle patronne de l’enseignement supérieur a fait de l’Institut de Géologie et des Mines de Boké une référence dans l’implémentation de la culture de l’excellence au sein des institutions d’enseignement supérieur. En 2020, son programme de ”Licence Professionnelle Génie Géologique”

a été accrédité par l’ANAQ.  Deux autres sont évalués cette année. Cet engagement s’inscrit dans le plan d’établissement de l’IGMB pour être un centre d’excellence sous régional en partenariat avec des entreprises, des organismes et la communauté.

Présent à la cérémonie d’installation de la ministre au lendemain de la nomination de celle-ci (27 octobre 2021), le Secrétaire Exécutif de l’ANAQ se réjouit de la perspective qui s’offre à la démarche qualité en Guinée sous le leadership d’une actrice convaincue.   

La vision globale de la ministre Diaka Sidibé est claire : « mettre l’accent sur l’adéquation entre la formation et l’emploi, nous inscrire dans une démarche d’amélioration continue de nos infrastructures, d’équiper nos différents laboratoires des travaux pratiques et des recherches mais aussi valoriser les résultats de recherches, accélérer la formation des enseignants en nombre et en qualité, améliorer les conditions de travail de nos enseignants et de nos étudiants sur tous les campus universitaires ».

La première femme nommée ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et de l’innovation, ambitionne un nouveau cycle : « définir la place de l’innovation dans notre système de formation et de recherche dans un monde caractérisé par l’accélération des défis climatiques, numériques et socioéconomiques ». Sa démarche s’annonce dynamique pour l’atteinte des critères d’excellence. Un nouvelle ère s’ouvre à l’enseignement supérieur en Guinée.

ParAboubacar CAMARA

Pr Abou NAPON, nommé Secrétaire Général par intérim du CAMES

Le Professeur Abou NAPON, Directeur des programmes chargé des Comités Consultants Inter-africains (CCI), des Concours d’agrégation et de l’Ordre International des Palmes Académiques du CAMES (OIPA/CAMES), a été nommé — par le Conseil des Ministres du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES) — Secrétaire Général par intérim du CAMES, à compter du 27 septembre 2021. Il assurera la gestion du CAMES, jusqu’à la nomination du prochain Secrétaire Général, conformément aux textes en vigueur.

Monsieur Abou NAPON est Professeur Titulaire de Sociolinguistique à l’Université Joseph KI-ZERBO. Il a aussi exercé plusieurs fonctions à l’Université Joseph KI-ZERBO, notamment : Responsable du Laboratoire de Rechercher et de Formation en Sciences du Langage (2013-2021), Directeur des Presses Universitaires (2008-2012), Directeur du Centre d’Études et de Recherches en Lettres, Sciences Humaines et Sociales (2003-2008) et Chef de Département de Linguistique (1998-2001).

Le Pr Abou NAPON a siégé comme Membre au Comité Technique Spécialisé (CTS) – Lettres et sciences du CAMES (2009-2011) et au Comité scientifique du Réseau Sociolinguistique et Dynamique des Langues de l’Agence Universitaire de la Francophonie (2006-2008).

Il a été décoré de plusieurs titres honorifiques, notamment : Chevalier de l’Ordre des Palmes Académiques du Burkina Faso (2010), Chevalier de l’Ordre National du Burkina Faso (2011), Commandeur de l’Ordre des Palmes Académiques du Togo (2015), Officier de l’Ordre International des Palmes Académiques du CAMES (2013), Officier de l’Ordre de l’Étalon (Burkina Faso, 2018) et Officier de l’Ordre du Mérite Universitaire du Congo (2020).

Source : site web CAMES

ParAboubacar CAMARA

APPEL A MANIFESTATION D’INTERET Session 2021 – 2022

Pour la troisième année consécutive, l’Autorité Nationale d’Assurance
Qualité dans l’enseignement, la formation et la recherche (ANAQ), lance
l’Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) pour l’accréditation des
programmes et l’habilitation des institutions d’enseignement supérieur
publiques et privées.

L’appel est également ouvert aux centres de recherche désireux de
labelliser (accréditer) leurs programmes de recherche.

La période couverte par l’appel va du 1er au 31 octobre 2021, à minuit.

Tous les dossiers de candidature sont reçus sur la Plateforme de Gestion
des Evaluations en Ligne (PGEL) : www.http://anaq-edu.org/

Bonne chance à tous !