EVALUATION EXTERNE : fin de la première campagne

ParService Communication

EVALUATION EXTERNE : fin de la première campagne

EVALUATION EXTERNE : fin de la première campagne

L’autorité nationale d’assurance qualité (ANAQ) a mis le pieds sur l’accélérateur pour boucler la deuxième et dernière vague des évaluations externes des programmes soumis en 2019 a son appréciation. le processus a connu des innovations.

« A situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle » dit -on. L’autorité nationale d’assurance qualité a terminé l’évaluation externe de tous les programmes retenus au compte de la première grande campagne nationale d’accréditation lancée en octobre 2019.  Les restrictions de mobilité internationale liées à la crise sanitaire avaient empêché la présence en Guinée des experts évaluateurs internationaux pour confondre aux réalités du terrain les rapports d’autoévaluation de 25 programmes.  La validation par le conseil scientifique d’une proposition du Secrétariat Exécutif de l’ANAQ en accord les établissements concernés a permis de contourner les principales contraintes. Le nombre d’experts sur le terrain a été réduit de trois à deux. Des binômes ont été constitués. Ils sont composés  d ‘un expert international à l’étranger et d’un évaluateur local disponible pour les vérifications de terrain.

Au cours des deux jours d’évaluations (du 19 au 20 novembre), les experts locaux sur les sites ont travaillé avec leurs collègues à l’étranger par vidéoconférence. Des agents évaluateurs externes de l’ANAQ ont supervise partout les opérations pour se rassurer de leur bon déroulement. 

Une semaine avant cette opération spécifique, l’ANAQ avait organisé dans ses locaux une séance de renforcement de capacité des experts évaluateurs locaux. « Votre responsabilité est très importante dans le dispositif. L’ANAQ se fonde sur votre  rapport d’expertise » avait lancé le Secrétaire Exécutif Prof Kabiné Oularé.  Tout comme les premiers groupes d’experts externes de l’organe d’évaluation, ce dernier groupe était aussi constitué de professeurs d’université, de docteurs et de professionnels réputés dans leurs domaines. Ils ont été sensibilisés sur les enjeux et les outils d’évaluation, ainsi que sur le code d’éthique et de déontologie de l’ANAQ.

Au terme du processus, les experts ont exprimé leur satisfaction de prendre part à une telle expérience. Certains comme Dr Aly Gilbert Ifono, historien et ancien ministre a dit sa « surprise agréable de savoir qu’une institution d’évaluation nationale comme l’ANAQ existe ». Un autre expert, Professeur en physique nucléaire ajoute : « L’ANAQ, c’est sérieux. C’est un grand pas» pour le système éducatif.

Les rapports des dernières évaluations externes vont porter à 65, le nombre total de. rapports qui seront soumis au Conseil Scientifique pour avis. La décision de cet organe interviendra avant la fin de l’année.

À propos de l’auteur

Service Communication editor

Laisser un commentaire